CERCC
 

Programme du séminaire IMEC/CERCC/LASLAR/ACTE , "le cinéma des frères Dardenne"

Le cinéma des frères Dardenne. a l’IMEC Institut Mémoires de l’édition contemporaine le 18 janvier #1

Séminaire orga­nisé par Yann Calvet et David Vasse (LASLAR/Université Caen Normandie), Élise Domenach (CERCC/ENS-Lyon) et Hélène Frazik (Institut ACTE/Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pro­pose d’inter­ro­ger l’œuvre des frères Dardenne à partir de leur fonds d’archi­ves conservé à l’IMEC.

Lors de cette pre­mière séance, après une pré­sen­ta­tion géné­rale du sémi­naire par les orga­ni­sa­teurs, Stéphanie Lamache (Imec) pré­sen­tera le clas­se­ment et la des­crip­tion des archi­ves que les frères Dardenne ont confié à l’Imec en 2020.

Programme du sémi­naire d’explo­ra­tion du fonds d’archi­ves de Jean-Pierre et Luc Dardenne à l’IMEC

Organisé par Yann Calvet, Élise Domenach, Hélène Frazik, David Vasse.

Déposé à l’IMEC en juillet 2020, le fonds d’archi­ves de Jean-Pierre et Luc Dardenne dédié à leur créa­tion incite à son explo­ra­tion tant leur cinéma témoi­gne indis­so­cia­ble­ment d’une esthé­ti­que et d’une méthode affir­mées, faites de per­sé­vé­rance, de repri­ses et de repen­tirs (comme on le dit en pein­ture) Ce fonds ras­sem­ble quan­tité de docu­ments de tra­vail (dos­siers d’enquête, notes d’inten­tion, ver­sions mul­ti­ples de scé­na­rios, scé­na­rios de films non tour­nés, notes de cas­ting, pho­to­gra­phies et contrats, etc.) qui éclairent sur l’œuvre dans son ensem­ble : sur la créa­tion docu­men­taire autant que fic­tion­nelle des Dardenne. Ce fonds d’archi­ves très riche, classé et inven­to­rié par l’IMEC, appelle une recher­che elle-même per­sé­vé­rante, à la hau­teur d’une pra­ti­que du cinéma farou­che­ment per­son­nelle conju­guant phi­lo­so­phie et gestes de ter­rain (enquête, entre­tiens, repé­ra­ges, etc.).  Ce sémi­naire porté par le Laslar (Laboratoire de recher­che de l’Université de Caen Normandie), le Centre d’études et de recher­ches com­pa­rées sur la créa­tion (ENS de Lyon) et l’Institut Acte (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), en par­te­na­riat avec l’IMEC, et le Café des images d’Hérouville Saint-Clair vise à l’explo­ra­tion col­lec­tive de ce fonds. Il accueillera des pré­sen­ta­tions et dis­cus­sions de tra­vaux des cher­cheurs basés sur l’étudede ce fonds ou qui per­met­tent de l’éclairer de l’exté­rieur. Il réu­nira des spé­cia­lis­tes du cinéma des frères Dardenne, cher­cheurs exer­çant en France et en Belgique dans un pre­mier temps, et des cher­cheurs ins­crits dans des champs dis­ci­pli­nai­res que leur cinéma ques­tionne (phi­lo­so­phie, socio­lo­gie, théâ­tre, scien­ces poli­ti­ques, etc.).L’explo­ra­tion et la valo­ri­sa­tion col­lec­tive du fonds d’archi­ves dans le cadre de ce sémi­naire cons­ti­tue le socle d’un pro­gramme de recher­che plus large qui com­pren­dra col­lo­que et publi­ca­tions, et s’étendra jusqu’en 2024-2025.

Les mardi ou mer­credi à 14h, à l’IMEC (Abbaye d’Ardennes). https://www.imec-archi­ves.com/matie...

Programme 2023

Le sémi­naire se tient en hybride : à l’abbaye d’Ardennes et sur zoom.Lien de connexion sur demande.

Mercredi 18 jan­vier, 14h :

Intervention de Stéphanie Lamache

Stéphanie Lamache est res­pon­sa­ble du fonds d’archi­ves Dardenne.

Mardi 28 février, 14h :

Intervention de Louise Couturier« Rosetta et le Petit Chaperon Rouge : le chemin des aiguilles »

Louise Couturier est l’autrice d’une thèse inti­tu­lée : Motifs esthé­ti­ques et ima­gi­nai­res ances­traux : le cinéma des frères Dardenne et l’ima­gi­naire social de Cornélius Castoriadis, sou­te­nue à Nanterre, le 20 jan­vier 2022, sous la direc­tion de Barbara Le Maître.

Cette inter­ven­tion pro­pose de tisser un dia­lo­gue entre Rosetta et le conte du Petit Chaperon Rouge par l’entre­mise du motif de l’aiguille. Dans le film des frères Dardenne, la mère manie cet usten­sile dont la pra­ti­que la rat­ta­che à toute une tra­di­tion de socia­li­sa­tion des jeunes filles, per­pé­tuée jusqu’au milieu du XXe siècle, croi­sant tra­vaux d’aiguilles et lec­ture des contes. Or, Rosetta n’a pas reçu cette ini­tia­tion en héri­tage. Cette rup­ture dans la tra­di­tion permet de ques­tion­ner l’exclu­sion sociale et la carence en ima­gi­nai­res dont souf­frent les jeunes per­son­na­ges dans l’œuvre des frères Dardenne.   Mercredi 29 mars, séance double, 14h  :

Intervention de Dominique Nasta

Intervention d’Élise Domenach « Enquête, fic­tion et docu­men­taire dans le cinéma des frères Dardenne. L’ancrage métho­do­lo­gi­que des vidéos docu­men­tai­res de l’ASBL Dérives »

Élise Domenach est Maîtresse de confé­ren­ces HDR en études ciné­ma­to­gra­phi­ques à l’ENS de Lyon. Elle est l’autrice de nom­breu­ses com­mu­ni­ca­tions depuis 2011 sur le cinéma des Dardenne à l’INHA (Paris),à l’Univ. Valencia (Espagne), ECNU (Shanghai), ESA La Réunion, l’Univ Meiji et l’Univ. Kobé (Japon), à l’ENS Lyon, à la Société de recher­ches lévi­nas­sienne, etc.Curatrice en 2014 d’un pro­gramme « Sur la carte de Jean-Pierre et Luc Dardenne » au Festival International du Film de Fribourgelle a publié la même année « Le para­doxe de la voix. ‘Cité de paro­les’, silence et voix dans les vidéos docu­men­tai­res et les fic­tions de Jean-Pierre et Luc Dardenne » (Entrelacs n°11, p.1-22).Elle a réa­lisé de nom­breux entre­tiens avec les frères Dardenne pour les revues Esprit et Positif, et édité des textes de Luc Dardenne dans Entrelacs et dans L’Écran de nos pen­sées. Stanley Cavell, le cinéma et la phi­lo­so­phie (ENS Éditions, 2021, ed. E. Domenach).

Le cinéma des frères Dardenne s’est ins­tallé dans le champ de la fic­tion depuis La Promesse (1996), et avant cela Je pense à vous(1992) et Falsch (1988).Leur cinéma de fic­tion se carac­té­rise par un rap­port très étroit au monde contem­po­rain : à l’époque et aux espa­ces de vie des créa­teurs (la région de Seraing et les enjeux sociaux qui tra­ver­sent cette région : immi­gra­tion, pau­vreté, déman­tè­le­ment des hauts four­neaux, tra­fics de drogue, délin­quance, radi­ca­li­sa­tion, etc.). Le tra­vail sur le fonds d’archi­ves de l’IMEC permet de mettre au jour une méthode d’enquête qui ancre leur cinéma dans une étude et une com­pré­hen­sion intime de leur société. Nous pré­sen­te­rons dans cette inter­ven­tion quel­ques ensei­gne­ments du fonds d’archi­ves, en par­ti­cu­lier concer­nant la manière dont cette méthode d’écriture et de réa­li­sa­tion fic­tion­nelle s’ancre dans la pra­ti­que de la vidéo docu­men­taire au sein du col­lec­tif Dérives à la fin des années 1970 et au début des années 1980. En nous pen­chant sur des films précis et sur les dos­siers les concer­nant dans le fonds de l’IMEC, nous revien­drons ainsi sur les com­plexi­tés de la méthode fic­tion­nelle des Dardenne, sur la base de cette réé­va­lua­tion de leur ancrage dans l’enquête docu­men­taire, pour mieux com­pren­dre le « pro­to­cole d’éthique docu­men­taire » qui se dégage de leur cinéma dans son ensem­ble.

Retrouvez l’arti­cle de Charlotte Garson dans les Carnets de recher­che :

L’ins­tru­ment de recher­che est dis­po­ni­ble ici

Lieu : Institut Mémoires de l’édition contem­po­raine (IMEC) Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, France Modalités :