CERCC
 

Katia Schneller

Katia Schneller

Cursus : Doctorat d’Histoire de l’art, Université Paris I – Panthéon – Sorbonne. M. A. de Muséologie, Université de Montréal et Ecole du Louvre. 1er cycle de l’Ecole du Louvre.

Fonction actuelle : Professeur d’his­toire et théo­rie de l’art, à l’Ecole supé­rieure d’art et design – Grenoble –Valence.

Collaborations sui­vies et rat­ta­che­ments :

Chercheuse asso­ciée à l’Equipe d’Accueil 1279 « Histoire et cri­ti­que des arts », Université Rennes 2 – Haute Bretagne.

Chercheuse asso­ciée au labo­ra­toire Hicsa, Université Paris I – Panthéon – Sorbonne.

Membre du comité de rédac­tion de la revue Etudes Photographiques. Directrice de la col­lec­tion Arts aux Editions Aux Forges de Vulcain Membre de l’AICA

E-mail : katia.sch­nel­ler@e­sad-gv.fr

Thèse : « Some Splashes in the Ebb Tide ». Constructions et décons­truc­tions des caté­go­ries artis­ti­ques, New York, 1966-1973.

Section CNU  : 18è et 22è

Axes de recher­ches :  Histoire de l’art amé­ri­cain des années 1960-1970 ; Modernisme/Postmodernisme ; Relation entre art et écrit ; Histoire de la cri­ti­que d’art et des expo­si­tions ; Echanges trans­at­lan­ti­ques ; Art mini­mal, post­mi­ni­mal, concep­tuel, Land Art, Histoire de la pho­to­gra­phie.

Langues de tra­vail : fran­çais et anglais

Publications :

 (A paraî­tre) Katia Schneller, Noura Wedell (dir.), Investigations, « Writing in the Expanded Field » in the Work of Robert Morris, Lyon, ENS éditions, 2013.

 « ‘Letters to the edi­tors’, un lieu d’affir­ma­tion contre l’étiquette ‘Minimal Art’ », in Camille Fosse, Lise Lerichomme (dir.), Pensées en dia­lo­gue : Les cor­res­pon­dan­ces d’artis­tes, Marseille, Editions le mot et le reste, 2012.

 « La ques­tion du pro­ces­sus. Autour de quel­ques œuvres de Robert Morris », in Françoise Levaillant, Stéphanie Jamet (dir.), L’art de l’assem­blage. Relectures, Rennes, Presses uni­ver­si­tai­res de Rennes, 2011, p. 145-156.

 « Brouiller les étiquettes, le débat du numéro d’été 1967 d’Artforum », Sic, n°3, 2010, p. 5-17.

 « Earth Art, un art écologique ? », in Actes des jour­nées d’études « There is no such thing as nature ! Redéfinition et deve­nir de l’idée de nature dans l’art contem­po­rain, 2010, sur le site de l’Hicsa de l’uni­ver­sité Paris I : http://hicsa.univ-paris1.fr/docu­men...

 « La notion d’entro­pie dans le tra­vail de Robert Morris, Robert Smithson et Richard Serra à la fin des années 1960 », in Alexandra Becquet, Claire Conilleau (dir.), Mutations – Adaptations : le XXe siècle, Paris, CIES/Nouveau Monde, 2009, p. 99-114.

 Robert Morris, sur les traces de Mnémosyne, Paris, ENS LSH / Editions des Archives Contemporaines, 2008.

 « Sur les traces de Rosalind Krauss. La récep­tion fran­çaise de la notion d’index 1977-1990 », Etudes Photographiques, n°21, décem­bre 2007, p. 123-143.

« Sous l’emprise de l’Instamatic, Photographie et contre-moder­nisme dans la pra­ti­que artis­ti­que de Robert Smithson », Etudes Photographiques, n°19, jan­vier 2007, p. 68-95.

 « De la fra­gi­lité de la mémoire : les Memory Drawings de Robert Morris », Images Re-Vues, n°2, février 2006 (revue électronique : www.ima­gesre-vues.org).

Coordination scien­ti­fi­que :  Co-orga­ni­sa­trice avec Vanessa Théodoropoulou, Professeur d’his­toire de l’art à l’Esba - Talm, du col­lo­que inter­na­tio­nal  Au nom de l’art. Enquête sur le statut ambigu des appel­la­tions artis­ti­ques de 1945 à nos jours, 30-31 mai 2011, à l’INHA.

 Co-orga­ni­sa­trice avec Jean-Marie Gleize, Professeur à l’ENS LSH, du Colloque inter­na­tio­nal « Investigations, ‘le champ élargi de l’écriture’ dans l’œuvre de Robert Morris », 20-22 novem­bre 2008, à l’ENS LSH et au Musée d’art contem­po­rain de Lyon.

 Co-orga­ni­sa­trice avec Fabien Danesi, Maître de confé­ren­ces à l’Université de Picardie et Hélène Trespeuch, Maître de confé­ren­ces à l’Université de Montpellier III, des jour­nées d’études « Le Postmoderne, un para­digme per­ti­nent dans le champ artis­ti­que ? », 30-31 mai 2008, à l’INHA et au Grand Palais.