CERCC
 

La Scène Poétique. Cycle de poésie parlée, mercredi 11 octobre 2017 : Frank Smith et Claude Yvroud

Le sémi­naire de recher­che : "L’idée pra­ti­que en poésie" rece­vra Frank Smith à partir de 16h.

à 18h 30

La Scène Poétique cycle de poésie parlée

mer­credi 11 octo­bre 2017

Salle Kantor de l’ENS Lyon 15 parvis Descartes, sur l’avenue Jean Jaures (en face du 249) métro Debourg 18h30

Frank Smith & Claude Yvroud

*

Frank Smith est écrivain/poète et réa­li­sa­teur/vidéaste. Il est repré­senté par la Galerie Analix Forever (Genève).

Il a publié une dou­zaine de livres parmi les­quels Guantanamo (Seuil, Paris, 2010, et Les Figues Press, Los Angeles, 2014) — sacré meilleur livre de poésie de l’année par The Huffington Post aux États-Unis. Dernière paru­tion : Chœurs poli­ti­ques, Poème dra­ma­ti­que pour voix, Éditions de l’Attente, août 2017.

Il réa­lise également des « films-poé­sies », qui ont fait l’objet d’une rétros­pec­tive au Centre Pompidou en 2016. Dernière réa­li­sa­tion : Le Film de l’impos­si­ble, pré­senté au Centre Pompidou (Hors Pistes Production) en sep­tem­bre 2017.

Il est aussi éditeur, co-direc­teur de la col­lec­tion de livres/CDs d’artis­tes « ZagZig » qu’il a fondée aux éditions Dis Voir, et dirige avec Antoine Dufeu la revue cri­ti­que et cli­ni­que de poésie, RIP.

http://www.franks­mith.fr/

Liste des paru­tions

Le Film de l’impos­si­ble, Plaine page, sep­tem­bre 2017

Chœurs poli­ti­ques, L’Attente, août 2017

Le Film des visa­ges, Plaine page, 2016

Fonctions Bartleby, Bref traité d’inves­ti­ga­tions poé­ti­ques, Le Feu Sacré, 2015

Résolution des faits, Fidel Athelme X, sept. 2015

Katrina, L’Attente, 2015

Surplis, Argol, 2015

Guantanamo (trans­la­tion by Vanessa Place, intro­duc­tion by Mark Sanders, praise by Avital Ronell), Les Figues Press, Los Angeles, 2014

Le Film des ques­tions, Plaine page, 2014

Isle de Jean Charles, livre d’artiste en col­la­bo­ra­tion avec Dominique De Beir, Editions Virgile Legrand, 2014

Eureka, Dasein, 2014

Gaza, d’ici-là, Al Dante, 2013

États de faits (Libye), L’Attente, 2013

Guantanamo, Seuil, Coll. « Fiction & Cie », 2010

Dans Los Angeles, Le Bleu du ciel, 2009

Le cas de le dire, Créaphis, 2007

Je pense à toi, Des cygnes, 2004

Poé/tri, 40 voix de poésie contem­po­raine, Autrement, 2001

Zigzag Poésie, Formes et mou­ve­ments : l’effer­ves­cence, Autrement, 2001

Pas, pho­to­gra­phies d’Anne-Marie Filaire, Créaphis, 1998

* Claude Yvroud

« Un che­mi­ne­ment fait de pré­ci­sions pré­cieu­ses et non dénuées d’humour. Ceci pour­rait carac­té­ri­ser le tra­vail d’écriture écrite et d’écriture fil­mi­que et plas­ti­cienne de Claude Yvroud. Il se tient au plus près du réel ou d’un cer­tain réel, les maté­riaux du pré­cé­dant étant là recy­clés et de belle façon. Un réel « refait » qui ne s’en laisse pas comp­ter, au détail près, au sou­rire près pour­rait-on dire. Autrement dit une prose où le tex­tuel est occupé, disons, sur un pied d’égalité par le vivant comme par l’inerte. L’un ou l’autre incar­nés par divers per­son­na­ges ou voix, chacun par­lant, dès lors auto-authen­ti­fié par cette parole. Ce qui peuple donc divers mondes plus ou moins paral­lè­les et pas tant que ça après tout, divers mythes plus ou moins connus qu’il s’agit avant tout de dégom­mer. Les vic­ti­mes poten­tiel­les tapis­sent le fond de l’affaire et ser­vent d’humus à la pro­chaine géné­ra­tion. On l’aura com­pris, êtres, maté­riaux et sen­sa­tions s’orga­ni­sent là en un ordre tout çà fait sin­gu­lier et per­son­nel. » (ED)

Plastivain et Ecrivaste et l’inverse « pour selon », mes acti­vi­tés diver­ses me condui­sent à l’écriture, lieu d’habi­ta­tion comme un autre, lieu de fabri­ca­tion et de tri­tu­ra­tion de la matière du monde. Ou pour être plus précis, à inven­ter l’écriture dont j’ai besoin, à mesure et à la mesure du jeu qui est en jeu. Travaux plas­ti­ques ou tra­vaux écrits. Une sorte de marque de fabri­que, comme le disait E.D., serait ce retour régu­lier à la perte d’échelle, aux inter­ro­ga­tions (bien invo­lon­tai­res) quant à l’espèce, laquelle ? Tantôt nous sommes hommes, ani­maux, bac­té­ries, objets, régu­liè­re­ment notre taille est mise en doute, en déroute, tout cela peut fluc­tuer au cours d’un texte, ou de l’ins­tal­la­tion d’un objet plas­ti­que, comme au cours d’une exis­tence, et côtoyer l’Histoire, voire s’y sin­gu­la­ri­ser.

Depuis quel­ques temps, en ces temps de Merveilleux ou le moin­dre geste pré­si­den­tiel a valeur de conte de fée, je pour­suis une col­lecte tran­quille et éphémère (en quel­que sorte là aussi, mon fond de com­merce mais cette fois-ci sonore), des tocs lan­ga­giers contem­po­rains ; ce contem­po­rain ne dépas­sant pas les cinq ans de vie, par­fois moins, lan­gage qui fait de la vie un pseudo lan­gage pro­fes­sion­nel aux cou­leurs du lais­ser-aller jour­na­lis­ti­que, pour ne pas dire autre chose. Existence d’un faux objet qui élude tout un tas de situa­tions comme : « voilà !... », là où il fau­drait de la pensée et sur­tout, à cet endroit précis, se fai­sant com­plice du contexte majico-capi­ta­lis­tico-escla­va­giste esquissé plus haut.

Nous aurons donc ce soir : Pertinent Pérenne (vidéo de 2’59) ainsi qu’un conte (8’25) Le sys­tème Magaztacron ou, his­toire de Marcel. Et cer­tai­ne­ment d’autres chose qui ne feront que confir­mer, « qu’y a pas de soucis », « que ça fait bouger les lignes », « qu’on marche sur la tête ».

http://yvroud.blog­spot.com/

http://www.et-alors.org/dos­sier-les...

Dernières publi­ca­tions :

GIFT aux éditions Propos2

Départs de feux aux Editions Propos2