CERCC
 

Classe de maître dans le cadre du séminaire d’Eric Dayre : "L’idée pratique en poésie" et Scène Poétique, Cycle de poésie parlée, mercredi 7 mars 2018, Soirée excep­tion­nelle : Tristan Tzara / Kurt Schwitters avec Isabelle Ewig, Anna Holveck, Isabelle Vorle, Patrick Beurard-Valdoye, Jean-Baptiste Para

Séminaire : "L’idée pratique en poésie" ; et Scène Poétique mercredi 7 mars 2018

Salle Kantor de l’ENS Lyon 15 parvis Descartes, sur l’avenue Jean Jaures (en face du 249) métro Debourg 18h30 (atten­tion : nous com­men­ce­rons bien à 18h30)

Soirée excep­tion­nelle : Tristan Tzara / Kurt Schwitters avec Isabelle Ewig, Anna Holveck, Isabelle Vorle, Patrick Beurard-Valdoye, Jean-Baptiste Para

Programme

 La Scène Poétique

mer­credi 7 mars 2018

Salle Kantor de l’ENS Lyon

18h30 (atten­tion : nous com­men­ce­rons bien à 18h30)

Soirée excep­tion­nelle : Tristan Tzara / Kurt Schwitters

avec : Isabelle Ewig, Anna Holveck, Isabelle Vorle, Patrick Beurard-Valdoye, Jean-Baptiste Para 

Programme et fiche tech­ni­que     1) Tristan Tzara : Vingt-cinq poèmes, 1918 [extraits]  per­for­més par Anna Holveck

  2) Tristan Tzara : Où boi­vent les loups, 1932 [extraits] ; L’homme approxi­ma­tif, 1931 [extraits] lus par Jean-Baptiste Para

3) Projection de l’enre­gis­tre­ment audio de An Anna Blume, 1919 pro­féré par Kurt Schwitters [enre­gis­tre­ment 1925]

  4) Introduction à l’œuvre d’exil de Kurt Schwitters  par Isabelle Ewig 

  5) Projection du film Schwitttraces d’Isabelle Vorle [extrait], Avec en bande sonore son inter­pré­ta­tion de l’Ursonate 10 mn. Film video.

  6) Kurt Schwitters : Je suis assis ici avec Erika, 1936 [extraits] lu par Patrick Beurard-Valdoye

à l’occa­sion de la sortie récente du numéro 1061-62 Tzara/Schwitters de la revue Europe

*

Anna Holveck

Artiste plas­ti­cienne, com­po­si­trice, chan­teuse et inter­prète, elle est diplô­mée de l’Ecole natio­nale supé­rieure des Beaux-Arts de Lyon. En paral­lèle, elle a suivi la classe de com­po­si­tion électro-acous­ti­que de l’Ecole natio­nale de Musique de Villeurbanne. Elle s’est également formée au chant, en sui­vant suc­ces­si­ve­ment la méthode Feldenkrais et la méthode du Roy Hart. Artiste inter­dis­ci­pli­naire, elle inves­tit dif­fé­ren­tes natu­res de lieux mêlant inter­ven­tions plas­ti­ques, per­for­ma­ti­ves, concerts et com­po­si­tions radio­pho­ni­ques.

Isabelle Ewig

Isabelle Ewig est Maître de confé­ren­ces en his­toire de l’art contem­po­rain à Paris-Sorbonne. Elle tra­vaille sur Kurt Schwitters depuis sa par­ti­ci­pa­tion à la rétros­pec­tive au Centre Pompidou en 1994 et sa thèse sou­te­nue en 2000. Elle a publié depuis de nom­breux arti­cles sur cet artiste ainsi que des tra­duc­tions (avec Patrick Beurard-Valdoye). Jean Arp est l’autre artiste sur lequel elle se concen­tre depuis qu’elle a été com­mis­saire de l’expo­si­tion de l’expo­si­tion « Art is Arp » au Musée d’Art moderne et contem­po­rain de Strasbourg en 2008, dont elle a également dirigé le cata­lo­gue. Son champ de recher­che porte sur les avant-gardes his­to­ri­ques et l’après seconde guerre mon­diale, avec une incli­na­tion pour le domaine alle­mand. En 2016, elle a dirigé, avec Jérémie Koering, un numéro de la revue Histoire de l’art consa­cré au col­lage. En 2005, elle a co-écrit et publié, avec Guitemie Maldonado Lire l’art contem­po­rain. Dans l’inti­mité des œuvres (éditions Larousse).

Isabelle Vorle

Isabelle Vorle peint et réa­lise des films expé­ri­men­taux. La poésie et la musi­que contem­po­rai­nes, qui génè­rent le rythme de ses films, sont d’une nature propre à nour­rir son ima­gi­naire, volon­tiers abs­trait et condensé. « Isabelle Vorle met en route un projet ciné­ma­to­gra­phi­que quand elle par­vient à assem­bler trois éléments immua­bles : une enquête per­son­nelle, un pay­sage sonore, une mise à l’épreuve de la langue. De cette alchi­mie naît tou­jours une cho­ré­gra­phie visuelle, portée par une par­ti­tion secrète, entre mots, sons et souf­fle de la marche. » (Stéphanie Katz in Zeuxis) « Ni didac­ti­que, ni désin­volte : Isabelle Vorle, par l’image autant que par le son, rend compte avec une élégante et rigou­reuse inté­grité artis­ti­que de l’empa­thi­que et scru­pu­leuse recher­che qui est la sienne. » (Jean-Pierre Bobillot, à propos de Schwitttrace, in Action poé­ti­que).

Filmographie :

Schwitttrace, 2005. Tous se ter­rent, 2006. à peine je m’endor­mais, 2009. être chant, 2009. Froid sylans, 2010. jour­nal d’un dis­paru, 2011. Badami song, 2012. Berliner trio pour sta­tions et tra­ver­sÉes, 2014. What are waters what are winds, 2015. Danse aux éclats, 2017.

Patrick Beurard-Valdoye

Il est né à Cork (Eire) en août 1974. Il est né aussi à Berlin en juin 1982. À Paris en 1989. Et par­fois en d’autres lieux – dits ou non dits ; et même à Lyon. Et même rené à Valdoye. Poète, il est l’auteur de sept volu­mes du Cycle des exils (envi­ron 2500 pages) parus chez Al Dante, puis Flammarion, en par­ti­cu­lier sur l’exil de Kurt Schwitters. « L’ambi­tion du Narré des îles Schwitters est grande. Machine à trans­for­mer, dira l’auteur, l’espace et le temps [...] Telle est la tra­ver­sée syn­co­pée de ces îles Schwitters, reconfi­gu­ra­tion de la grande his­toire au geste simple de cueillir » [Emmanuel Laugier, Le matri­cule des anges n° 91]. Le sep­tième volume du cycle Flache d’Europe aimants garde-fous paraî­tra en jan­vier 2019 (Poésie/Flammarion). Par ailleurs il vient de publier Le voca­lus­crit (LansKine) Il est, avec Isabelle Ewig, tra­duc­teur d’œuvres lit­té­rai­res de Kurt Schwitters (Action poé­ti­que, n°202 et Europe n°1061-62). En pro­lon­ge­ment de sa pra­ti­que de poète, péda­go­gue, il ensei­gne les arts poé­ti­ques à l’ENSBA Lyon, ainsi que l’his­toire des arts et des idées.

Jean-Baptiste Para

Jean-Baptiste Para est né en 1956. Poète et cri­ti­que d’art, il est rédac­teur en chef de la revue lit­té­raire Europe. Il a reçu le prix Apollinaire pour son recueil La Faim des ombres (Obsidiane, 2006). On lui doit également un essai sur Pierre Reverdy et des tra­duc­tions de poètes ita­liens et russes. Son acti­vité de tra­duc­teur a été récom­pen­sée par le prix Laure Bataillon, le prix Nelly Sachs et le prix Etienne Dolet. Il dirige par ailleurs la col­lec­tion de poésie étrangère « D’une voix l’autre » des éditions Cheyne et a animé pen­dant une dizaine d’années la défunte émission « Poésie sur parole » sur France Culture.

*

Cette soirée sera pré­cé­dée d’une Master Class dans le cadre du sémi­naire "L’idée pra­ti­que en poésie" (ren­sei­gne­ments dis­po­ni­bles sur le site du CERCC) http://cercc.ens-lyon.fr/

*     

La Scène Poétique est un cycle de poésie parlée  réa­lisé par Patrick Dubost  en col­la­bo­ra­tion avec le Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création  dirigé par Eric Dayre  et les Affaires Culturelles de l’ENS  http://www.ens-lyon.eu/culture

Pour en savoir plus sur la Scène Poétique (son his­to­ri­que)