CERCC
 

Publication. Anne Lemieux, "Hölderlin à Berlin-est". À paraître le 7 juillet 2019 dans la collection Échanges Littéraires, Éds. Hermann.

Hölderlin à Berlin-est, La réinvention du romantisme par les écrivains est-allemands

« Quand les vivants sont obli­gés de se taire, ce sont les morts qui par­lent », disait en 1938 Anna Seghers, alors en exil à Paris. Quelques décen­nies plus tard, de 1969 à 1989, les écrivains de RDA repren­nent à leur compte ce dicton pour réin­ven­ter, dans un contexte hos­tile, les bio­gra­phies de leurs pré­dé­ces­seurs roman­ti­ques et celles de poètes alle­mands plus anciens encore, selon un éclairage en rup­ture avec la doc­trine offi­cielle du réa­lisme socia­liste. Les vies de Hölderlin, Kleist, Günderode, E. T. A. Hoffmann ou Bettine von Arnim, avec leur cor­tège de folies, d’échecs, de sui­ci­des ou de morts pré­co­ces, devien­nent alors pour Christa Wolf, Franz Fühmann, Günter Kunert, Heiner Müller et d’autres, le moyen d’arti­cu­ler leur rap­port au pou­voir, au marxisme, au fémi­nisme et à la trans­mis­sion des héri­ta­ges. Ils remet­tent à l’hon­neur un roman­tisme jeune et révo­lu­tion­naire dont les échecs des­si­nent le pro­gramme col­lec­tif des com­bats à mener contre une moder­nité tota­li­taire dévas­ta­trice.

Anne Lemieux, ancienne élève de l’École nor­male supé­rieure de Fontenay-Saint-Cloud, agré­gée d’alle­mand, est depuis 2003 maître de confé­ren­ces à l’École nor­male supé­rieure de Lyon, où elle ensei­gne la langue et la lit­té­ra­ture ger­ma­ni­ques.

PNG - 31.1 ko

Ouvrage publié avec le concours de l’équipe d’accueil LCE de l’Université de Lyon 2.