CERCC
 

Master Class et scène poétique, mercredi 29 janvier 2020 (LGC 4103, LGC 4102).

18h30, Master Class du séminaire LGC (4103) et Scène Poétique mercredi 29 janvier 2020

Amphithéâtre Descartes

*

Christian Prigent & Philippe Labaune

Christian Prigent

Christian Prigent, né en 1945 à Saint-Brieuc (où y il vit tou­jours), a été suc­ces­si­ve­ment artiste pein­tre émergent, cycliste épisodique, foot­bal­leur d’avenir, ensei­gnant tous ter­rains (Rennes, Paris, Berlin, New York, Le Mans), mili­tant marxiste-léni­niste de base, revuiste avant-gar­diste (TXT, 1969/1993), pen­sion­naire aca­dé­mi­que (Rome, Villa Médicis), théo­ri­cien lit­té­raire sévère, éditeur poé­ti­que (col­lec­tion Muro Torto), cri­ti­que d’art, jour­na­liste spor­tif, poète voci­fé­ra­teur, dra­ma­turge à son insu, cra­duc­teur pirate, acteur en pyjama, joka­riste de plage, paro­lier sans le vou­loir — et en défi­ni­tive auteur d’une cin­quan­taine d’ouvra­ges (poé­sies, romans, essais, chro­ni­ques, enre­gis­tre­ments sono­res) publiés essen­tiel­le­ment chez P.O.L, mais aussi chez Seghers, Christian Bourgois, Al dante, Le Bleu du Ciel, L’Ollave, Argol, Zulma, etc. Il a reçu en 2019, pour l’ensem­ble de son œuvre, le Grand Prix de Poésie de l’Académie fran­çaise.

La col­lec­tion "Signes" sous la direc­tion d’Eric Dayre, Ens Editions, vient de publier une étude de Sylvan Santi sur Christian Prigent, Cerner le réel : Christian Prigent à l’œuvre, avec une pré­face de Michel Surya.

Récemment parus :

Les Enfances Chino (roman, P.O.L, 2013)

La Langue et ses mons­tres (essai, P.O.L, 2015)

Les Amours Chino (roman en vers, P.O.L, 2016)

Chino aime le sport (poésie, P.O.L, 2017)

Ça tourne (notes de régie, L’Ollave, 2017)

Poésie sur Place (textes et CD, Les Presses du Réel, 2018)

Point d’appui (jour­nal 2012/2018, P.O.L, 2019).

En 2014, le Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle a consa­cré un col­lo­que à son œuvre. Les Actes en sont parus en juin 2017, chez l’éditeur Hermann, sous le titre Christian Prigent : trou(v)er sa langue.

*

Philippe Labaune

est né en 1959 à Paris, il a vécu et tra­vaillé long­temps à Lyon et depuis quel­ques mois il est ins­tallé dans la cam­pa­gne beau­jo­laise.

Auteur tardif et met­teur en scène pré­coce, il a fré­quenté pour ses créa­tions nombre de poètes : Rilke, Pessoa, Collobert, Zürn, Gleize, Prigent, Dubost … Il met en scène également les textes de la jeune géné­ra­tion d’écrivains dra­ma­tur­ges : Roche, Mougel, Gallet, Tamisier.

Passeur de lan­gues, il a fabri­qué pen­dant 25 ans des spec­ta­cles comme autant de poèmes théâ­traux. Il y défend un « théâ­tre de poésie » qui ferait la part belle à la per­cep­tion sen­si­ble et incons­ciente.

L’écriture émerge aujourd’hui comme une rivière sou­ter­raine qui attein­drait le jour après tant d’années de tra­vail invi­si­ble.

Il publie aujourd’hui ses pre­miers textes nour­ris pro­ba­ble­ment, par capil­la­rité, de l’uni­vers des auteurs dont il a pris à bras le corps la langue sur les pla­teaux de théâ­tre.

Ses textes sont publiés dans les revues en ligne ou papier : Nioques – Txt - Sitaudis - L’ate­lier de l’agneau - Dissonances - Teste - Ouste – Triages - Paysages écrits - Le Cafard héré­ti­que – Recours au poème – Le lam­pa­daire – Post - Fpm – Litzic – Ornata – Infusion - Le capi­tal des mots - Editions de l’aigrette – Trakt – L’Ampoule – Impromptus – Lichen - Traction bra­bant

Son pre­mier recueil, Oeils, est paru en mars 2019 aux éditions Gros textes.