CERCC
 

« Arts, cultures et soutenabilité »

©Asja Saüler

Groupe de tra­vail « arts, cultu­res et sou­te­na­bi­lité »

Le Comité de pilo­tage natio­nal du Groupe de Travail Arts, Cultures et Soutenabilité (GT ACS) a le plai­sir de vous invi­ter à :

Séminaire de lan­ce­ment du Groupe de Travail Arts, Cultures et Soutenabilité (GT ACS) le 25 octo­bre 2022 à l’Académie du Climat - 2, Place Baudoyer • 75004 Paris

A l’ini­tia­tive de l’Union Nationale des Etudiants en Architecture et Paysage, de France Universités et de la Conférence des Grandes Ecoles et avec le concours de leurs mem­bres res­pec­tifs, des minis­tè­res dédiés à l’ensei­gne­ment supé­rieur et sco­laire, à la culture, d’orga­ni­sa­tions étudiantes (Animafac,...), du Shift Project et du Learning Planet Institute, nous vous convions au sémi­naire de lan­ce­ment du Groupe de Travail Arts Cultures et Soutenabilité qui vous est pré­senté dans le docu­ment en pièce jointe.

Cette jour­née se dérou­lera en pré­sen­tiel selon le pro­gramme pré­vi­sion­nel sui­vant :

8h30 – 9h00 : Accueil café à l’Académie du Climat

9h- 9h15 : Ouverture – Audrey Azoulay, direc­trice géné­rale de l’UNESCO (sous réserve)

9h15 – 10h Conférence intro­duc­tive : Philippe Mairesse, res­pon­sa­ble de la Chaire UNESCO " Arts et Sciences dans le cadre des objec­tifs de déve­lop­pe­ment dura­ble"

10h00 – 10h10 : Présentation des ate­liers

10h10 – 10h25 : Pause

10h30 – 12h30 : Ateliers en paral­lè­les (3)

L’art, la culture et les pro­jets d’établissements : ani­ma­tion Jaclyn rose­brook-Collignon + inter­ven­tion ARTISTIK BAZAAR - Marine Birot L’art, la culture et la péda­go­gie : ani­ma­tion David Gauthier + inter­ven­tion en binôme Eric Dayre (CERCC - ENS de Lyon ) et Evelyne Chalaye (ENSASE) sur la Recherche-créa­tion entre étudiants de l’ENS et des étudiants de l’école natio­nale supé­rieure d’archi­tec­ture de St-Etienne L’art, la culture et l’éducation citoyenne : ani­ma­tion Lise Lebouille (Uneap) et Animafac – inter­ven­tion de Colette Sopena, co-pré­si­dente d’"Ecohabitons" une asso­cia­tion qui se défi­nit comme un labo­ra­toire d’idée

12h30 – 14h30 Déjeuner

14h30 – 15h30 : hap­pe­ning artis­ti­que

15h30 – 16h15 : Restitution des ate­liers

16h15 – 16h30 : Lancement, dési­gna­tion offi­cielle des pilo­tes et pre­miè­res actions à venir

Le projet prend sa source au sein des échanges infor­mels au sein de la com­mis­sion DD&RS de la CGE et plus récem­ment, et plus for­mel­le­ment, à l’occa­sion des R2D2 orga­ni­sés à Toulouse début octo­bre 2021.

A cette occa­sion le res­pon­sa­ble de la chaire Unesco d’ICN « Art et science dans le cadre des objec­tifs du déve­lop­pe­ment dura­ble » a pré­senté les apports des pra­ti­ques artis­ti­ques pour adres­ser les enjeux de déve­lop­pe­ment dura­ble et de res­pon­sa­bi­lité socié­tale. L’art, la culture, absents des ODD, sont pour­tant essen­tiels à la pro­duc­tion de récits de futurs sou­hai­ta­bles dif­fé­rents de ceux portés par les idéo­lo­gies domi­nan­tes actuel­les. La trans­for­ma­tion urgente que nous devons col­lec­ti­ve­ment conduire est impos­si­ble à réa­li­ser sans créer de nou­veaux ima­gi­nai­res dési­ra­bles, de nou­veaux mythes fon­da­teurs d’une culture de la sou­te­na­bi­lité.

Trois axes pos­si­bles de tra­vail tou­jours en lien avec la ques­tion de la sou­te­na­bi­lité :

1) Les arts, les cultu­res et les pro­jets d’établissements. Les pro­jets d’établissements peu­vent être des pro­jets à l’échelle d’un établissement en rela­tion avec ses par­ties pre­nan­tes tant inter­nes (per­son­nels, étudiants) qu’exter­nes (col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les, habi­tants du ter­ri­toire…), les notions d’image de marque, de raison d’être sont en pre­mière ligne. Ce peut être aussi des pro­jets inter-établissements ce qui met en évidence le rôle des établissements plus spé­cia­li­sés comme les écoles d’arts, les écoles d’archi­tec­ture, de design dans la cons­truc­tion d’appro­che inter­dis­ci­pli­nai­res impli­quant l’art et la culture. La place aussi, plus poli­ti­que, de ces établissements dans les regrou­pe­ments ter­ri­to­riaux sera étudiée dans la pers­pec­tive d’une conser­va­tion de leurs sin­gu­la­ri­tés.

2) Les arts, les cultu­res et la péda­go­gie. Les pra­ti­ques artis­ti­ques, ou leur inter­pré­ta­tion, per­met­tent de déve­lop­per de nom­breu­ses com­pé­ten­ces par­ti­cu­liè­re­ment utiles pour faire face aux enjeux de trans­for­ma­tions de la société, ceux de l’anthro­po­cène, qu’ils soient subis ou voulus, et ce depuis le plus jeune âge. Il s’agit de créa­ti­vité, de la capa­cité à cons­truire du récit, de la capa­cité à saisir les signaux fai­bles et de la pro­duc­tion des connais­san­ces, par de la recher­che essen­tiel­le­ment inter­dis­ci­pli­naire, qui ali­men­tent ces com­pé­ten­ces. Il s’agit aussi de mobi­li­ser les émotions dont on sait que c’est un fac­teur essen­tiel à l’enga­ge­ment et l’acqui­si­tion des com­pé­ten­ces.

3) Les Arts, les cultu­res et l’éducation citoyenne. L’éducation citoyenne à la dura­bi­lité est un acte poli­ti­que, l’art, la culture peu­vent y contri­buer en for­ti­fiant les raci­nes des com­mu­nau­tés humai­nes, les étudiants par exem­ple, et en scé­na­ri­sant leurs désirs. Cela se tra­duit pour les établissements publics, et notam­ment les uni­ver­si­tés, par la dif­fu­sion scien­ti­fi­que et cultu­relle via les ser­vi­ces cultu­rels (mis­sion). Les autres établissements se sai­sis­sent, encore rare­ment, de ce type de mis­sion et sur la base du volon­ta­riat. On voit aussi émerger la mobi­li­sa­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques pour sus­ci­ter l’enga­ge­ment des com­mu­nau­tés étudiantes. Cet axe pour­rait être relié à l’axe 1 ou être plus spé­ci­fi­que selon les types d’établissements

Un sujet trans­verse a été iden­ti­fié par le GT : l’orga­ni­sa­tion sociale est un pré­li­mi­naire à toute démar­che écologique, le groupe écarte toute appro­che auto­ri­taire de la trans­for­ma­tion écologique qui doit rester dans un cadre démo­cra­ti­que.

Quel pour­rait être un pre­mier livra­ble de ce groupe ?

Identifier et qua­li­fier les pro­jets, selon les trois axes pré­cé­dents, au sein de l’ensei­gne­ment supé­rieur fran­çais pour­rait être un pre­mier livra­ble sous la forme d’un livre blanc (déno­mi­na­tion à vali­der ulté­rieu­re­ment par le groupe de tra­vail)

Qui pour­rait par­ti­ci­per à ce groupe ?

Le groupe serait ouvert à toutes per­son­nes inté­res­sées issues des mem­bres de la CGE et de FU et plus lar­ge­ment à des acteurs asso­cia­tifs de l’ESR, étudiants et asso­cia­tions spé­cia­li­sés (AUC par exem­ple) au pre­mier rang. Il est aussi conseillé d’ouvrir ce groupe à des acteurs ins­ti­tu­tion­nels tels que le minis­tère de la culture, celui de l’éducation natio­nale, de l’ESRI, le MTE, le Learning Planet Institute (ex CRI) ou encore le Shift Project. Cette liste n’est pas exhaus­tive.

Quelles per­son­nes seront les pilo­tes au lan­ce­ment ?

Côté CGE : Jaclyn Rosebrook Collignon (GEM) et Frédérique Boitel (ESCE)

Côté FU : David Gauthier (CERCC, ENS Lyon) repré­sen­tera l’asso­cia­tion A+U+C

Côté UNEAP : Lise Lebouille.